Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Rechercher

Archives

2 novembre 2011 3 02 /11 /novembre /2011 14:37

Sommaire Novembre 2011

  • Editorial 

du correspondant defense de Chamalieres

Claude Barbin

  •  Photo-035.jpg   
  • 

Une nouvelle fois pour le 11 novembre 2011, nous nous réunirons avec le monde combattant devant les monuments aux morts, sur les anciens champs de batailles ou dans nos cœurs pour célébrer le souvenir du sacrifice de nos anciens et de cet armistice de ce qui aurait du être « la der des der »

 

Plus aucun soldat sous officier, officier ne sera là pour nous parler de l’atrocité de cette guerre et des actes de courage, d’héroïsme et d’abnégation qu’il a fallu pour terminer ces combats.

 

Pour ne pas oublier ces sacrifices, pour en prendre la mesure et pour ne jamais traiter la guerre à la légère il faut respecter ce rendez vous sacré et un jour d’automne ou d’hiver comme un pèlerinage sacré , il faut parcourir les champs de bataille de la Marne à Verdun, rendre une visite à l’ossuaire de Douaumont, à la ville et au musée de Verdun et ainsi nous pourrons perpétuer ce respectueux souvenir auprès des générations à venir.

 

En ce qui me concerne, je n’aurai pas l’honneur de me recueillir devant le monument aux morts de Chamalières étant en manœuvre à l’Ecole d’Etat Major de Compiègne à cette date là.

 

Cependant, c’est sous l’uniforme entouré de mes camarades et face au drapeau que je rendrai hommage à nos chers disparus patriotes éternels de notre pays.

 

A travers cette newsletter complétant celle de 2010, j’ai essayé à travers des documents sonores et des vidéos de retranscrire l’âpreté des combats, la joie indicible des populations à l’annonce de l’armistice et l’espérance immense que cette guerre soit la der des der.

 

Votre serviteur

 

claude BARBIN

 

 Image1-copie-1Image ecu6  

 

 

Abonnez vous à ma Newsletter

 

   « Le Soldat n’est pas un homme de violence. Il porte les armes et risque sa vie pour des fautes qui ne sont pas les siennes. Son mérite est d’aller sans faillir au bout de sa parole tout en sachant qu’il est voué à l’oubli » 

(Antoine de SAINT EXUPERY)  

 

  

  • Lettre du CEMAT  
  • Agenda
  • Dossier ARMISTICE du 11 Novembre 1918 
  • Libre Propos  " Français Libre à en mourir   "
  • 92RI
  • 36F
  • Breves
  • Liens Utiles
  • Rappel des Objectifs de la Newsletter du Correspondant Défense.

 

Image1-copie-1Image ecu6

 

 

 

 

  • Agenda  

 

  agenda-2.JPG       

 

Votre serviteur etait présent avec notre député Maire Louis Giscard d'ESTAING à l'assemblée Générale des l'association des Gueules Cassées  section Auvergne présidé par Mr Jean RADJEOVIC le Samedi 22 Octobre 2011 dont le siege Auvergne est à la maison des association de Chamalieres .

Apres l'AG et un dépot de Gerbes au monument aux morts du parc Montjoly et un vin d'Honneur offert par la municipalité  un repas de cohesion reunissait les membres de l'association autour de notre Député Maire Louis Giscard d'ESTAING ,du President Jean RADJEOVIC et du Président National des Gueules Cassées 

J'au eu l'Honneur de recevoir ce jour du Président National de cette Association un livre symbole que je vous invite à découvrir dans Libre Propos

 

logo_gueules_cassees_ubft.jpg

  

 LES GUEULES CASSES

 Délégation Auvergne Jean RADJEOVIC

Maison des Asociations Chamalieres

L'Union des Blessés de la Face et de la Tête (UBFT) " Les Gueules Cassées " est une association créée en 1921 par trois grands blessés de la face pour venir en aide à leurs camarades blessés au visage, défigurés, abandonnés de tous et sans ressources.

 

Dès 1927, l'Union était reconnue d'Utilité Publique.

 Etait ainsi solennellement appréciée l'action imaginative et généreuse de ses Fondateurs qui se battirent avec détermination pour conserver les droits de milliers de victimes de guerre méconnues et pour leur assurer un indispensable soutien moral et matériel.

 

Créant la première de nos deux maisons d'accueil et de repos actuelles, lançant les premières colonies de vacances, le Colonel Picot, premier Président des " Gueules Cassées " et ses compagnons ont ouvert la voie à de nombreux dispositifs sociaux dont l’Etat s’est inspiré et qui prévalent aujourd'hui.

 Très vite après sa création, l'Union s'affirmait (donc) déjà comme un partenaire reconnu de l'Etat. L'Union œuvrait pour faire reconnaître le droit à réparation à des milliers de victimes de guerre non prises en charge par l'Etat. Aujourd'hui, grâce aux remarquables intuitions de ses dirigeants successifs, l'Union a su augmenter considérablement ses ressources, ce qui l'a conduit, tout naturellement, à étendre le champ de ses activités d'Utilité Publique, dans le domaine social, cela va sans dire, mais également dans celui de la création de structures médicales innovantes et performantes, ouvertes à tous, dont la vocation est de remédier aux traumatismes et affections de la face et de la tête.

 

Enfin, les " Gueules Cassées " sont au service du rayonnement des valeurs et des idéaux pour lesquels ils combattaient. C'est le sens de leur participation au Devoir de Mémoire.

 

L'Utilité Publique,

                           elle est décernée un jour.

                           elle se mérite tous les jours.

Au-delà de son activité associative propre, les « Gueules Cassées » consacrent la plus grande partie de leurs moyens financiers et une partie très importante de leurs moyens humains, à des actions d'intérêt général.

C'est ainsi qu'au cours des dix dernières années elles y ont affecté un montant total de plus de 92 millions d'euros, soit 90 % des revenus provenant de La Française des jeux.

Outre l’activité des 12 salariés du Siège, la majeure partie des moyens humains consacrés aux activités d'intérêt général est assurée par les administrateurs et 40 délégués bénévoles aux échelons régionaux et départementaux, indispensables pour traiter les dossiers d'aide sociale et les actions à caractère local.

Les bénéficiaires de ces actions se répartissent dans les grandes catégories suivantes :

  • Situations individuelles morales et matérielles,
  • Associations du Monde Combattant,
  • Monde médical,
  • Monde médico-social,
  • Aides aux actions humanitaires,
  • Mémoire et civisme.

Ces moyens financiers et humains sont mis à la disposition, soit d'organismes dépendant de la puissance publique, soit d'organisations sans but lucratif. Ils ont dans la plupart des cas servi de catalyseur permettant d'entreprendre ou de mener à bien des actions, qui, faute de ces moyens, n'auraient pu être réalisées. 

 

 

 

 

  • Ceremonies Chamalieres Royat Clermont Ferrand

 

 

  images?q=tbn:ANd9GcT5MlUZn8b2yTDULUm3k4F    

 

 

 

 

 

  • Vous trouverez ci-après le programme de la cérémonie du 11 novembre à ROYAT :

    10h45 : Mise en place du dispositif Place de l'Eglise (Place Cohendy) à ROYAT.

    11h00 : Départ du défilé pour le Monument aux Morts. Puis, dépôt des gerbes et à
    partir de 11h45 départ du défilé jusqu'à la Mairie.

    12h00 : Vin d'honneur offert par la municipalité.


     

CEREMONIES 10 NOVEMBRE 2011

 

 

 

 

OFFICE RELIGIEUX A LA MEMOIRE DES MORTS POUR LA FRANCE

* Cathédrale de CLERMONT-FERRAND - 16h00

 

CEREMONIE DE RAVIVAGE DE LA FLAMME

* Cimetière des Carmes - CLERMONT-FERRAND - 17h30

 

 

CEREMONIE 41éme ANNIVERSAIRE DE LA MORT DU GENERAL DE GAULLE

 

* Place Charles de Gaulle – CHAMALIERES - 19h15

 

 

  images?q=tbn:ANd9GcTMsBlCcvmhhx_w96iQB3a

 

CEREMONIES 11 NOVEMBRE 2011

 

 

 

 

JOURNEE DE COMMEMORATION DE L’ARMISTICE

DU 11 NOVEMBRE 1918

 

 

* Cimetière de MONTFERRAND - 9h15

 

* Monument 14/18 - Avenue Voltaire - CHAMALIERES - 10h30

 

images?q=tbn:ANd9GcTMsBlCcvmhhx_w96iQB3a

 

* Place Delille - CLERMONT-FERRAND – 10h25

 

* Place Salford - CLERMONT-FERRAND – 11h25

 

  

  

 

 

  Dossier ARMISTICE du 11 Novembre 1918  

 

L'Armistice du 11 Novembre 2010 à CHAMALIERES

 

 450%20-%20Novembre%20%202010.jpg

 Notre Député Maire Louis Giscard d'ESTAING et les jeunes de Chamalieres

  CMJ_2_11_nov_2010.bmp

Alain BRESSON 1  Adjoint du Conseil Municipal de Chamalieres conseiller General et les jeunes de Chamalieres

 

 ARMISTICE DU 11 NOVEMBRE

Respectueux souvenirs à nos Ainés

Le lundi 11 novembre 1918, à

11 heures, dans toute la France,

 

 

 

              VERDUN-12--2005-057.jpg                 

   

 

VIDEO 35 ANNIVERSAIRE DE L'ARMISTICE A RETHONDES

 

 

 

 

http://www.ina.fr/histoire-et-conflits/autres-conflits/video/AFE85005346/l-armistice-du-11-novembre-a-rethondes.fr.html

 

 

 

 

C'est un document rare : des soldats ont été filmés pendant la bataille de la Somme en 1916, s'élançant d'une tranchée vers le no man's land. L'affrontement lui-même est hors-champ : l'appareil de prise de vue à manivelle est trop lourd pour que l'opérateur puisse suivre les combattants.

Source : ECPAD

 

 

http://www.lemonde.fr/1914-1918-90-ans-apres-l-armistice/video/2008/10/24/guerre-14-18-premier-film-d-un-assaut_1110611_736535.html

 

                                             

   armistice.jpg     VERDUN-12--2005-011.jpg    

 

 

                                           

   11nov18GuerreFinie.jpg     



Les cloches sonnent à la volée. Au front, les clairons bondissent sur les parapets et sonnent le «Cessez-le-Feu», «Levez-vous», «Au Drapeau». La «Marseillaise» jaillit à pleins poumons dans les tranchées. Même soulagement en face, dans le camp allemand

 

Pour la première fois depuis quatre ans, Français et Allemands peuvent se regarder sans s'entretuer. Un armistice a été conclu le matin entre les Alliés et l'Allemagne, dernière des Puissances Centrales à rendre les armes. Il laisse derrière lui huit millions de morts et six millions de mutilés.

L-Armistice-du-11-Novembre-1918.jpg joie-armistice-11-novembre-1918.jpg

 

  Le 11 novembre 1918, à 5hl5 du matin, les plénipotentiaires allemands acceptaient les conditions d'armistice du Maréchal Foch. Le 11 novembre 1918, à llh00, le "Cessez le Feu" sonnait sur tout le front mettant un terme à quatre années d'une guerre effroyable.

Utilisée pour la signature de l'armistice le 11 novembre 1918, la voiture n° 2419D avait été aménagée en bureau pour le Maréchal Foch par la Société des Wagons-Lits. Le wagon du 11 novembre sera installé en 1927 dans la Clairière, Hautement symbolique, ce wagon sera utilisé par Hitler pour l'armistice de 1940, puis emporté et incendié en Allemagne en avril 1945, alors que l'Allemagne est à la veille d'un nouveau " Le 11 novembre". Le musée actuel du 11 novembre 1918 expose une autre voiture de la même série de 1913.


P878545D743570G_w_lamontagne_.jpg

Rappels des fait le jour du 11 novembre : à 5h05 du 11 novembre 1918, la France et le nouveau gouvernement de la toute jeune république allemande sont d'accord sur le texte définitif de l'armistice. Au terme de cet accord du 11 novembre 1918, il est décidé d'arrêter les hostilités le plus tôt possible. Un télégramme , qui a été immédiatement envoyé sur tout le front par radio et par message téléphoné aux commandants en chef à la date du 11 novembre 1918 stipule que :

"Les hostilités seront arrêtées sur tout le front à partir du 11 novembre à 11 heures, heure française"

Dans le courant de la matinée du 11 novembre 1918, les différents documents sont remis aux plénipotentiaires allemands. Leur train quitte, le jour même le garage de Rethondes à 11h30 pour Tergnier, où ils retrouveront leurs automobiles. Sur leur demande, toutes facilités ont été données au capitaine allemand Geyer pour se rendre, le même jour (11 novembre 1918) en avion au grand-quartier-général allemand, porteur des textes et de la carte.


 

poilusjpg.jpg Alsace-Lorraine.jpg

 
Voici ce qu'écrira Foch à propos du 11 novembre :

"le 11 novembre à 11 heures, le feu était arrêté sur tout le front des armées alliées. Un silence impressionnant succédait à cinquante-trois semaines de bataille. Les peuples pouvaient entrevoir le rétablissement de la paix dans le monde. Le lendemain [du 11 novembre], j'adressais un ordre du jour de félicitations aux armées alliées".

 

  weerts_france-nancy.jpg

 

Jean-Joseph Weerts - France ! ou L'Alsace et la Lorraine désespérées (1906)

 

Vous n'aurez pas l'Alsace et la Lorraine

 

http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=TN3a4kOl4Yo

 

Texte de la Chanson "Ils ont rendu l'Alsace et la Lorraine 1918

 

http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=5Xd3yR8_e3o

 

La nécropole nationale et l'ossuaire de Douaumont (55)

La création de la nécropole nationale, dans la Meuse, de Douaumont est liée à celle de l'ossuaire de Douaumont : il n'exista en effet jamais ici de cimetière du front au cours de la Première Guerre mondiale.
La nécropole nationale et l'ossuaire de Douaumont
La nécropole nationale et l'ossuaire de Douaumont. Photo de JP Le Padellec

La nécropole nationale

Une fois l'emplacement déterminé, dès 1923, le Service des Sépultures de guerre, avec le concours du génie de Metz, entreprit le nivellement d'une parcelle de terrain de plusieurs hectares où d'importants travaux de déblaiement avaient été réalisés pour récupérer le matériel abandonné, ainsi que de dangereuses munitions. Le terrain aplani, on procéda à la réalisation des allées et des tombes. Dès août 1925, les corps provenant de petits cimetières autour de Verdun furent transférés dans la partie droite. En novembre, la nécropole reçut les corps exhumés du cimetière de Fleury, désaffecté. En octobre 1926, elle recueillit ceux du cimetière de la Fontaine de Tavannes. Les années suivantes, on y inhuma les corps que l'on continuait à découvrir dans la «zone rouge» -jusqu'à 500 par mois- dont plus de la moitié identifiés. La nécropole reçut aussi les corps du cimetière du bois Contant.
Nécropole de Douaumont
Nécropole de Douaumont. Photo de JP Le Padellec
C'est le 23 juin 1929 qu'eut lieu son inauguration, en présence de Gaston Doumergue, président de la République.
Après la Seconde Guerre mondiale, en 1949, on y déposa des corps relevés dans l'ancien cimetière de la Batterie de l'Hôpital.
De 1960 à 1965, d'importants travaux de réaménagement et de rénovation embellirent la nécropole.
En 1984, le ministère des Anciens Combattants y scella une plaque commémorative rappelant la rencontre entre le président de la République française, François Mitterrand, et le chancelier allemand Helmut Kohl symbolisant la réconciliation des deux pays, 70 ans après le début de la Grande Guerre.
Un monument aux musulmans « morts pour la France » en 1914-1918. érigé en 1959, restauré en 1987. Sur les 1781 sépultures musulmanes réparties dans seize des nécropoles où elles sont disposées en carrés ou en rangées, les plus grands carrés sont celui de Douaumont avec 592 tombes, celui de Bras avec 254 tombes et celui de Dugny où se trouvent 201 tombes. Chaque sépulture est garnie d'une stèle dite musulmane où est gravée en arabe l'inscription « ci-gît », suivie du nom du défunt.

L'ossuaire

A l'issue des hostilités, il s'avéra impossible d'attribuer une identité, voire une nationalité, à des centaines de milliers d'ossements retrouvés épars dans le secteur de Verdun.
C'est pourquoi, sur la commune de Fleury, fut construit un gigantesque monument qui recueillit dans ses 46 caveaux (un pour chaque secteur principal du champ de bataille, d'Avocourt aux Eparges) les restes mortels d'environ 130 000 combattants français et allemands inconnus.
Dès 1919 une baraque de planches sur la crête de Thiaumont sert d'Ossuaire provisoire, sous l'égide du chanoine Noël et à l'initiative de Mgr Ginisty, évêque de Verdun et président du comité de l'Ossuaire. Ce dernier parcourut la France et le monde entier en donnant des conférences pour collecter les dons nécessaires à l'élévation du monument final. La première pierre de l'édifice est posée le 20 août 1920 par le maréchal Pétain, président d'honneur du Comité de l'Ossuaire. Le transfert des ossements de l'Ossuaire provisoire à l'Ossuaire définitif a lieu en septembre 1927. Il est inauguré le 7 août 1932 en présence du président de la République, Albert Lebrun, de dignitaires français et étrangers et d'une foule immense d'anciens combattants, de pèlerins, de familles des morts et des disparus.
L'ossuaire de Douaumont
L'ossuaire de Douaumont. Photo de JP Le Padellec
L'oeuvre des architectes Azéma, Edrei et Hardy, se présente sous la forme d'un déambulatoire de 137 m de long, où s'alignent, en alvéoles, les tombeaux de granit surmontant les caveaux. Il est jouxté d'une chapelle catholique et dominé en son centre par une tour-lanterne de 46 m de haut où une cloche de 2,3 tonnes, le bourdon de la Victoire, sonne lors des cérémonies. Dans la chapelle reposent l'abbé Noël, ancien aumônier militaire, premier chapelain de l'ossuaire, et Mgr Ginisty, décédés respectivement en 1944 et en 1946.
Une salle de projection audiovisuelle de 120 places présente "L'héroïsme du Combattant de Verdun".

Renseignements pratiques :

Ossuaire de Douaumont
55 100 Douaumont
Tél. : 03.29.84.54.81
Fax : 03.29.86.56.54
Courriel : infos@verdun-douaumont.com

Comité départemental du tourisme
Tél. : 03.29.45.78.40

Service des Nécropoles Nationales de Verdun
13, rue du 19ème BCP
55100 Verdun
Tel : 03.29.86.02.96
Fax : 03.29.86.33.06
Courriel : diracmetz@wanadoo.fr

Horaires
  • La nécropole nationale de Douaumont est ouverte au public toute l'année.
  • L'ossuaire de Douaumont est ouvert gratuitement au public
    - de septembre à novembre : 9h00 à 12h00 et 14h00 à 17h00 / 18h00
    - Décembre : 14h00 à 17h00
    - Fermé du 1er février aux vacances de février
    - Mars : 9h00 à 12h00 et 14h00 à 17h30
    - Avril à août : 9h00 à 18h00 / 18h30
Source : Mindef/SGA/DMPA

 

   26393040320061134.jpg

  http://www.verdun-douaumont.com/

  

 

                                                  VERDUN-12--2005-055.jpg

 NOS ANCIENS DU 92 RI ETAIENT AUSSI A VERDUN

 

 

11novembre.jpg

 

   Les grands entretiens - Pierre Miquel : la Guerre de 14-18

 

http://www.curiosphere.tv/video-documentaire/0-toutes-les-videos/106987-reportage-pierre-miquel-les-femmes-et-la-guerre-de-14-18

 

  y1pOGTQtLI8I4jq3wHobnEVDgHLEaB5sjpOiFIlz

 

Pierre Miquel nous raconte la journée du 11 novembre 1918 et les négociations interalliées qui ont précédé l’armistice. Il y aura encore 80 à 100 morts ce matin-là lors d'une ultime bataille. Mais dans le pays, la joie est énorme. Le retour est particulièrement difficile pour ceux qu'on appellera « les gueules cassées ». On comptera plus d'un million de blessés côté français dont beaucoup ne survivront pas.

 

En 1914, la France est un pays à moitié rural. Pierre Miquel raconte que c'est aux femmes qu'il incombe de prendre en charge la vie de la ferme, les enfants, les personnes âgées. Elles deviennent aussi infirmières bénévoles, travaillent dans les usines, conduisent les tramways, les taxis, deviennent facteurs, sans pour autant devenir citoyennes car elles n'ont toujours pas le droit de vote.

 

 

Pierre Miquel parle des soldats français de la Première Guerre mondiale. 1 350 000 d'entre eux furent tués, sans compter les disparus. Pierre Miquel explique que contrairement aux idées reçues, les soldats ne passèrent que très peu de temps dans les tranchées. Il précise également l'origine de l'expression « Poilu » et évoque le régime des permissions et les mutineries de 1917.

 

 

http://www.curiosphere.tv/video-documentaire/0-toutes-les-videos/106987-reportage-pierre-miquel-les-femmes-et-la-guerre-de-14-18

 

 

Intervention de M. Georges Clemenceau,
président du Conseil des ministres, ministre de la guerre
annonçant à la Chambre des députés les termes de la convention d'armistice
signée le matin même, à Rethondes

clemenceau-tribune-d.jpg

Pour avoir le detail du traité

http://www.assemblee-nationale.fr/histoire/intervention_clemenceau.asp#TopOfPage  

 

Le 11 novembre 1918, à 5 heures du matin, dans un wagon aménagé au carrefour de Rethondes en forêt de Compiègne une convention d'armistice est signé, pour les Alliés, par le maréchal Foch, commandant en chef des armées alliées et l'amiral Wemyss, First Sea Lord, et, pour l' Allemagne, par le secrétaire d'État Erzberger, président de la délégation allemande, le comte von Oberndorff, envoyé extraordinaire et ministre plénipotentiaire, le général major von Winterfeldt, et le capitaine de vaisseau Vanselow.

La convention d’armistice du 11 novembre 1918 est conservée par le service historique de la défense. Ce document de 13 pages est relié avec les textes des conventions du 13 décembre 1918, 19 janvier et 16 février 1919 prolongeant la durée de l’armistice, auxquels sont joints le protocole du 4 avril 1919 et les cartes et rapports, annexes de ces conventions. Il est à noter que l’exemplaire allemand a été détruit.

90eme-anniversaire-de-l-armistice-du-11-

La convention stipule les conditions d’armistice conclues entre Alliés et Allemands. Elle se compose de 34 articles répartis dans six chapitres : les conditions d’armistice sur le front occidental ; les dispositions relatives aux frontières orientales de l’Allemagne ; les conditions dans l’Afrique orientale ; les clauses générales traitant du rapatriement de tous les internés ; des clauses financières ; des clauses navales ; et de la durée de l’armistice.

  foule-chambre-deputes-p.jpg

 

11 novembre 1918

Chambre des députés

L'entrée de la Cour du pont avant l'arrivée de Georges Clemenceau

 

 MEMO MALIN 

La date de l’Armistice (1914-1918)

L’armistice du 11 novembre 1918 marque la fin de la Première Guerre mondiale (1914-1918) entre les Alliés et l’Allemagne. C’est un civil du nom de Erzberger qui a signé, à 5 h 10 à Compiègne, au nom de l’Allemagne, ce document que lui avait imposé le maréchal Foch. L’Armistice ne fut officialisé qu’à 11 heures.

La signification de l’Armistice (1914-1918)

L’Armistice, c’est-à-dire l’arrêt des combats dans l’attente d’un traité de paix en bonne et due forme, a été signé en faveur des Alliés sans aucune marge de négociation pour les Allemands. Le traité de paix entre la France et l’Allemagne a été conclu à Versailles le 28 Juin 1919 (traité de Versailles). Cette guerre, qui aura duré quatre ans, fit 8 millions de morts et 6 millions de mutilés.

Le jour  » J  » de l’Armistice (1914-1918)

En France, l’anniversaire de l’Armistice est une commémoration essentielle de la vie nationale, avec dépôt de gerbes devant les monuments aux morts de chaque village. Le Président de la République lui-même y participe en déposant une gerbe sur la tombe du Soldat inconnu, sous l’Arc de Triomphe de la place du Général-de-Gaulle (ex-Place de l’Étoile), à Paris.

images?q=tbn:ANd9GcRsJ8hQceozL1kJBenPcLi

Source « Pense-malin.com »

D’où vient l’expression “un Poilu”???

Si le terme a été immortalisé par la Grande guerre, il lui est bien antérieur puisqu’il désignait déjà les soldats napoléoniens.
Le terme poilu, immortalisé par la Grande guerre durant laquelle il devint rapidement le surnom donné aux 8,5 millions de soldats français, est apparu bien avant 1914, selon l’Historial de la Grande guerre de Péronne (Somme).
Il s’agit en effet d’un terme militaire, datant de plus d’un siècle avant la Première Guerre mondiale, qui désignait, dans les casernes où il prédominait, l’élément parisien et faubourien, soit l’homme d’attaque qui n’a pas froid aux yeux, soit l’homme tout court.
Il désignait également dans le langage familier quelqu’un de courageux.
L’expression la plus ancienne est « un brave à trois poils« , que l’on trouve chez Molière en 1659  

  

 

Les “Bleuets” devenaient des “poilus”

Autrefois, les poils étaient considérés comme un signe de force, de virilité. Du sens mâle, c’est-à-dire « qui a du poil », puis « poilu », ce mot est passé tout naturellement à celui de courageux, d’intrépide, sens que le mot a déjà dans « Médecin de campagne » de Balzac (1833).

Le poilu désignait déjà auparavant le grognard d’Austerlitz.

Mais c’est surtout dans les tranchées que cette épithète s’est généralisée, pour désigner tout à la fois les braves qui ont vu le feu de près et ceux qui sont restés au front où ils ont laissé pousser barbe et moustache.
Ces poilus, accueillaient les « Bleuets », surnom donné aux jeunes soldats, qui après leurs classes, rejoignaient le front et qui à leur tour prenaient le nom de poilus.
Source : NOUVELOBS.COM

images?q=tbn:ANd9GcRDiXuc2Tkk2M_6SOdf2jB

 

 

 

 

  • LIBRE PROPOS    

   

 

 

 

 

" Français Libre à en mourir   "

 

 

  jacques-bardet

 

 L'indignation du Général Jean Delaunay  

 

 Les Editions Italiques ont publié (en 2010), sous le titre Jacques Bardet, Français Libre à en mourir,  le journal de ce jeune caporal du BIM, tombé sous le feu ennemi à la veille de ses vingt-cinq ans, le 24 août 1944.juste après le débarquement de Provence. Jamais la mention de  "récit retrouvé" n'aura autant de sens que pour ce carnet sur lequel était collée la Croix de Guerre du jeune homme, et qui fut découvert dans une décharge municipale dans les années 1970.

   

Ecoutons l'indignation du  général Jean Delaunay qui a transcrit et annoté le journal avant sa publication :

 

(...) "le sort réservé à ce cahier et à la Croix de Guerre du rédacteur est tristement significatif du manque actuel de respect pour le Sacré. Il s'est en effet trouvé, entre 1945 et aujourd'hui, quelqu'un de chez nous assez ignorant, stupide ou mal intentionné pour méconnaître un recueil représentant, au delà d'heures de prises de notes sous le vent de sable et les obus, les plus nobles vertus des soldats français d'hier et d'aujourd'hui : patriotisme, courage, discipline, endurance face à la souffrance, sens du service, et acceptation du sacrifice.

  jdelaunay.jpg

C'est à tous ces titres que le contenu de cet émouvant petit cahier mérite d'être lu et médité, puis commenté à des jeunes d'aujourd'hui. Alors qu'on nous parle sans cesse du devoir de mémoire, cet attristant épisode révèle qu'il y a encore beaucoup de travail éducatif à faire auprès de nos concitoyens, jeunes et peut-être moins jeunes, pour réapprendre aux hommes et aux femmes d'aujourd'hui, au minimum le respect du passé et, si possible, la reconnaissance à marquer à ceux qui ont lutté, qui ont souffert et qui sont morts hier pour que leurs descendants vivent libres.

Merci Jacques, mon héroïque camarade inconnu, de nous livrer du fond de ta tombe, ton beau message de soldat français".

 

Jacques Bardet, Français libre à en mourir. Préfacé par Yves Guéna. Publié avec le soutien des Gueules Cassées et de la Fondation Charles de Gaulle.Editions Italiques, 2010.

Voir également la présention sur le site des Edtions Italiques


 

Français libre... à en mourir (livre)

 

jacques-bardetDans les années 1970, on découvre dans une décharge publique un cahier cartonné à couverture bleue, sur laquelle une main inconnue a collé une croix de guerre 1939-1945 avec étoile de vermeil. À l'intérieur, on peut lire, écrit à l'encre violette sur un papier jauni par le temps, le journal de marche d'un jeune Français libre, Jacques Bardet (1919-1944), engagé dans les combats de la 1re DFL de la Libye, en janvier 1942, au débarquement de Provence, en août 1944.

Le texte s'achève, note l'éditeur, sur le récit de la prise des avant-postes allemands de Toulon le 21 août 1944. Au bas de la dernière page, une main anonyme a noté : « Là s'arrête le journal du caporal Jacques Bardet qui, le surlendemain, 23 août 1944, a trouvé la mort à son poste de combat au cours de l'attaque de la Mauranne en rejoignant sa pièce de mortier sous un violent tir d'artillerie ennemi. »

Transcrit et annoté par le général Jean Delaunay, ce document paraît aujourd'hui sous la direction de Jean-Pierre Turbergue, grâce aux efforts des Gueules Cassées, avec le soutien de la Fondation Charles de Gaulle. Le texte est accompagné d'une préface d'Yves Guéna, président de la Fondation de la France Libre, d'une introduction de Jean Delaunay, d'un rappel historique, d'un extrait de Trente calots bleus à liserés rouges (1er BIM 1940-1945), témoignage inédit de Roger Malfettes, et d'un état de services de Jacques Bardet.

Jacques Bardet
Français libre... à en mourir, Éditions Italiques, 2010
ISBN : 978-2-910536-96-1

 

 

 

 

  130PX-~1    130PX-~1  130PX-~1  130PX-~1 

Le 92e régiment d’infanterie (92e RI) de Clermont-Ferrand appartient à la 3e brigade mécanisée (3e BM).

 

 

92e régiment d’infanterie juillet-2011-148.JPG
Notre Depute Maire Louis Giscard d'ESTAING pour la passation de commandement de la 4 CIE DU 92 RI

Appartenant à la 3e  BM créée en 1999, le régiment est héritier des troupes irlandaises au service du roi de France depuis 1661. En 1790, le régiment reçoit le numéro 92. Il est implanté à Clermont-Ferrand depuis 1881.

 

Le régiment s’est illustré lors de la Première Guerre Mondiale à Verdun et dans la Somme. Au cours de la Seconde Guerre, il fut presque décimé avant d’être mis en sommeil à partir de 1940 pour mieux renaître grâce aux maquisards d’Auvergne en 1944.

 

Depuis, le « régiment d’Auvergne » est engagé partout en France comme dans le monde, là où l’armée de Terre a besoin de soldats motivés et enthousiastes.

 

Le drapeau actuel du régiment est décoré de la croix de guerre 1914-1918 avec trois palmes et porte de ce fait la fourragère aux couleurs de la croix de guerre 1914-1918. Sur ses soies frappées du nombre 92, il porte, en-dessous de la devise « Honneur et Patrie », les inscriptions des batailles suivantes :

 

  • Rivoli 1797
  • Austerlitz 1805
  • Iena 1806
  • Constantine 1837
  • Ypres 1914
  • Verdun 1916-1917
  • La Somme 1916
  • L'Ourcq 1918
  • Résistance Auvergne 1944

La devise du régiment : « Debout soldat d'Auvergne, debout ça va barder ! » « À moi… ! Auvergne… ! »

 

IMPLANTATION

 

Capitale de la région Auvergne, la ville de Clermont-Ferrand, implantée aux portes du parc naturel des volcans d’Auvergne, permet de pratiquer des activités sportives variées, comme le ski (stations de ski du Mont Dore et Super Besse à moins d’une heure), randonnées pédestres ou en VTT, mais aussi des activités nautiques.

Le quartier Desaix est situé en plein cœur de la ville de Clermont-Ferrand, à moins de 3 minutes à pied de la gare SNCF, et à 800 m du tramway.

Entièrement rénové, le quartier offre des infrastructures sportives, d’hébergement et d’entraînement idéal. Il dispose de lieux de vie conviviaux avec des installations modernes.

92e  régiment d'infanterie
Quartier Desaix
1 rue Auger
63035 Clermont-Ferrand

Tél. 04 73 99 24 99

 

MISSION – COMPOSITION – MATÉRIEL

Mission

Les « Gaulois » participent aussi bien à des missions de sécurité publique en métropole (Vigipirate) qu’à des missions de sécurisation de ressortissants français à l’étranger (Côte d’Ivoire, Tchad) ainsi qu’à des interventions extérieures dans le cadre de coalitions internationales (Kosovo, Afghanistan, Liban).

 

Composition

 

Fort de 1200 hommes et femmes, le 92e  RI se compose de 4 compagnies de combat, une compagnie d'éclairage et d'appui, une compagnie de commandement et de logistique et une compagnie de réservistes.

 

Matériel

 

Le « régiment d'Auvergne » a accueilli dès novembre 2009 le véhicule blindé de combat de l'infanterie  (VBCI).

Les pilotes suivent une formation initiale pointue et un entraînement régulier dans toutes les configurations. Tout en respectant les principes fondamentaux de l'infanterie mécanisée, que sont vitesse, brutalité et puissance de feu, il confère aux fantassins des capacités d'action nouvelles, et leur assure protection à la fois quand ils se trouvent à l'intérieur du véhicule, et après leur débarquement.

 

FORMATION – EMPLOIS

 

Le régiment offre une forte variété de métiers qui ont en commun la possibilité de pouvoir être exercés en opérations sur des territoires extérieurs.

Après une formation de base, les emplois se regroupent en trois familles :

  • Dans les unités de combat : grenadier-voltigeur, tireur d'élite, tireur antichar, pilote, radio tireur.
  • Dans les unités d'appui : section de reconnaissance, section antichar.
  • Dans l'unité de soutien : au sein des ateliers auto et engins blindés, de travaux d'infrastructure, des métiers de bouche et des soutiens administratifs et informatiques.

Droits : Armée de Terre 2011

 

 

 

 

  • 36 F Flotille de l'Aéronaval   

imagesCAQI0DCE.jpg



RAPPEL

CHAMALIERES Ville marraine de la Flottille 36F

 

  36f23_144.jpg

 

 

36f23_053.jpg

 

 

 

36f23_055.jpg

 

 

par Arverne le Mer 29 Avr 2009 - 9:50

Le Samedi 18 Avril, je vois passer à 100 pieds au dessus de chez moi deux hélicos "Marine Nationale"...

Quelle surprise! Que font-ils à voler au dessus de Clermont-Ferrand ? Je les vois descendre et se poser à moins d'un kilomètre de chez moi. Je déduis de leur position qu'ils ont atterri sur le Stade Chatrousse, à Chamalières, seul endroit possible en ville pour accueillir deux hélicos.

Renseignement pris avec la Mairie de Chamalières, cette ville devrait avoir l'honneur de Marrainer la Flotille 36 F. Cet évènement devrait être officialisé en Octobre ou Novembre prochain.

Je viens de téléphoner à un responsable de la Mairie de Chamalières qui va très gentiment me transmettre ses photos de l'évènement, et qui m'autorise à les publier ici.

Dès demain, je vous ferai donc un reportage sur cette présentation des Panther de la 36F, photos et textes, en sitant les sources, (c'est la moindre des corrections...) et je vous annonce dès maintenant que je serai invité à l'inauguration officielle de ce Marrainage à l'Automne. De quoi faire encore plein d'images et de reportages.

La Marine Nationale en Auvergne ! La mer se rapproche des Volcans !

  .

 

Allocutions devant les hélicoptères « Panther » : de Louis GISCARD d’ESTAING, Député-Maire de CHAMALIERES, du Capitaine de Corvette Alexandre MARCHIS, Commandant l’Unité Aéronavale 36 F de la Marine Nationale, de Gérard MOUKBIRIAN Délégué Général des Villes Marraines

 

36f23_100.jpg

 

36f23_093.jpg

 

36f23_101.jpg

 

 

 PHOTOS Thierry PEYRAMAURE

 

 Je vous l'avais annoncé dans un post précédent, Chamalières dont le Maire est Louis Giscard d'Estaing, deviendra afficiellement Marraine de la Flotille 36 F.

Equipée d'Hélicoptères légers de combat de type Panther, elle intervient sur tous les sites ou la France est engagée, comme la surveillance des pêches dans les terres australes et antarctiques françaises, la lutte contre le trafic de drogue, la piraterie au large de la Somalie, la sûreté de la force navale contre une menace de surface, etc...

Cette flotille est embarquée principalement sur porte-avion ou sur les frégates LAFAYETTE, JEAN-BART, FLOREAL, GUEPRATTE...

Extraits du Discours de Monsieur le Député-Maire de Chamalières Louis Giscard d'Estaing :

« Chamalières héberge déjà le musée communautaire de la Résistance, de l’Internement et de la Déportation, accueille et soutient de nombreuses associations d’anciens combattants, a un jumelage avec la 4éme compagnie Le 92ème Régiment d’Infanterie de l'Armée de Terre, et enfin accueille régulièrement des manifestations militaires comme la remise des diplômes de la préparation militaire marine par exemple qui a eu lieu l’an dernier dans notre ville...

...Ces liens privilégiés seront aussi orientés vers l’ensemble de la population, avec des échanges soit à CHAMALIERES ou sur la base aéronavale d’HYERES LES PALMIERS, au cours de différentes manifestations. Ce parrainage permet ainsi aujourd’hui à la ville de CHAMALIERES de disposer, non pas d’un mais de 13 ambassadeurs itinérants en déplacement permanent dans le monde, à bord de différents bâtiments de la Marine Nationale, et permettra de développer une dynamique de communication et d’échanges valorisantes pour l’image de la commune !... »

Arverne

  Panther-d%C3%A9cosp%C3%A9.jpg

Mairie de Chamalières
Parc Montjoly
63400 Chamalières Cedex
Tél : 04 73 19 57 57
www.ville-chamalieres.fr
coin_d_b.gif
 

 

 

images?q=tbn:ANd9GcRT11dR4icghVNsOrLOzXeimages?q=tbn:ANd9GcRT11dR4icghVNsOrLOzXe  images?q=tbn:ANd9GcRT11dR4icghVNsOrLOzXe

 

 

  •   Il y a 28 ans, 58 soldats du 1er régiment de chasseurs parachutistes, 220 soldats du 1er bataillon du 8e régiment des Marines, 18 marins et 3 soldats de l’armée de terre ,américaine ont été tués dans deux attentats différents à Beyrouth (Liban).

    Lisez le billet qu’a écrit Bruno RACOUCHOT à ce propos, et que reproduit le blog «
    Theatrum Belli », pour vous souvenir de ces soldats français mort pour la France non
    pas dans l’indifférence comme pourrait le faire croire ces lignes : «Aucun renfort
    notable n'est envoyé de métropole, hormis une compagnie de courageux volontaires du
    1er RCP venus prendre la place de leurs prédécesseurs »  mais avec toute la
    reconnaissance de la Nation comme le rappelle Bruno : «En signe de solidarité avec
    nos hommes, le Président de la République, François Mitterrand, vient rendre un
    hommage aux morts le 24 octobre. »

22 octobre 2011 –


Avant sa mort, le général Bigeard avait exprimé le souhait que ses cendres soient dispersées sur les lieux de la bataille de Dien Bien Phu, là où reposent ses compagnons d’armes du 6ème Bataillon de Parachutistes coloniaux (BPC), tués au combat. Cela « emmerderait la France et le Vietnam » avait-il dit.

  -!-honneurs-militaires-au-general-bigeard">  6a00e008d663eb88340133f174266d970b-300wi
Seulement, les autorités vietnamiennes ont fait la sourde oreille et refusé d’accorder de donner suite aux dernières volontés du général Bigeard, qui nous a quittés le 18 juin 2010. Et devant ce refus, le Mémorial des guerres d’Indochine, à Fréjus, a été envisagé sans grand enthousiasme pour accueillir les cendres du général Bigeard.

Mais, finalement, c’est une toute autre destination qu’elle prendront puisque le ministre de la Défense, Gérard Longuet, a proposé à Marie-France, la fille du « soldat le plus décoré de France », qu’elles soient déposées aux Invalides.

Marie-France Bigeard a donné un accord verbal et le courrier officiel ne devrait pas tarder. Ce serait l’affaire de quelques jours.

 

Honneurs militaires au général Marcel Bigeard  esplanade_des_invalides_2.jpg



« Ses cendres se trouveront ainsi à côté de celles des Maréchaux Lyautey, Foch, Leclerc, Juin, de Rouget de Lisle, auteur de la Marseillaise, et aussi de grands noms de la France des 19e et 20e siècle » a commenté le général Christian Piquemal, dans un communiqué envoyé aux membres de l’Union Nationale des Parachutistes (UNP) qu’il préside.

«Cet hommage hors du commun rendu enfin au général Bigeard est la plus belle reconnaissance de son parcours exceptionnel de soldat, d’homme politique et d’écrivain» a-t-il ajouté

general-bigeard-n-b.jpg   Le-general-Bigeard-lors-d-une-ceremonie-



Une cérémonie officielle sera donc organisée, à une date non encore précisée, avec la présence du ministre de la Défense et sous la responsabilité du gouverneur des Invalides et du gouverneur militaire de Paris.

 

 

 

  • Liens Utiles

 

 

   

                images?q=tbn:ANd9GcT2yddseuri4i9V59Pxxby

 

Pour en savoir plus sur l'Histoire,l'economie,la situation intérieure et politique actuelle de l'Afghanisan,l'engagement de la communauté internationale,le role des nations unies,l'action de la France

Pour connaitre les Forces Françaises dans le monde et en Afghanistan en particulier.

Pour plus d'informations sur les actions menées par les nations unies en Afghanistan

 

  • Rappel des Objectifs de la Newsletter du correspondant Défense de Chamalieres Claude Barbin Novembre 2011.
  • Mes Chers Camarades

Toutes les Infos,RV,dates que vous aurez l'Amabilité de m'adresser seront retranscrites dans mes Newsletters.

Pour cela mon Mail c.barbin@barbin.fr

  Claude.jpg

Chers Collèges

Chers Camarade d'Active et de Reserve


Afin de partager avec vous les informations en provenance de la Défense et pour diffuser au mieux le lien Armée Nation.

je vous propose de vous envoyer régulièrement une Newsletter Correspondant Défense.Celle-ci reprendra les activités de nos unités parrainées


4 Cie du 92RI

• 36 F


Je ferai également le lien avec les informations en provenance du CIRFA, organise de recrutement des 3 Armées et avec notre Base de Défense de Clermont Ferrand regroupant toute les unités implanté en Auvergne.

Notre Base de défense qui va s’enrichir fin 2011 et 2012 de l’arrivée la 3 eme Brigade Meca implanté en ce moment sur la ville de Limoges.

Je n’oublie pas dans les informations que je diffuserai les éléments provenant du monde combattant implanté sur Chamalieres.

 

Au plaisir de vous retrouver régulierement dans cette Newsletter .

 

 

Claude BARBIN

Partager cet article

Repost0

commentaires