Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Rechercher

Archives

17 juin 2011 5 17 /06 /juin /2011 16:24

Pour continuer à recevoir la Newsletter du Correspondant Défense de Chamalieres Claude barbin merci de vous inscrire sur mon Blog www.claudebarbin.com

 

 

 

 

 

 

Sommaire du Correspondant Défense de Chamalieres

 

Image1-copie-1Image ecu6

 

 

  • Editorial

Je n'aurai pas l'outrecuidance de rédiger un éditorial en ce jour laissant à notre illustre Général l'Honneur qui lui echoit.

 

 

appel-18-juin-jpg

Deux éléments sonores de l'appel du 18 juin 1940

 

 http://www.curiosphere.tv/video-documentaire/0-toutes-les-videos/106845-reportage-de-gaulle-et-lappel-du-18-juin-1940

 

http://www.charles-de-gaulle.org/pages/l-homme/dossiers-thematiques/1940-1944-la-seconde-guerre-mondiale/l-appel-du-18-juin/documents/l-appel-du-22-juin-1940.php

 

 

Le gouvernement français, après avoir demandé l'armistice, connaît, maintenant, les conditions dictées par l'ennemi.


Il résulte de ces conditions que les forces françaises de terre, de mer et de l'air seraient entièrement démobilisées, que nos armes seraient livrées, que le territoire français serait totalement occupé et que le gouvernement français tomberait sous la dépendance de l'Allemagne et de l'Italie.


On peut donc dire que cet armistice serait non seulement une capitulation mais encore un asservissement.


Or, beaucoup de Français n'acceptent pas la capitulation ni la servitude pour des raisons qui s'appellent l'honneur, le bon sens, l'intérêt supérieur de la patrie.


Je dis l'honneur, car la France s'est engagée à ne déposer les armes que d'accord avec ses alliés.


Tant que ses alliés continuent la guerre, son gouvernement n'a pas le droit de se rendre à l'ennemi.


Le gouvernement polonais, le gouvernement norvégien, le gouvernement hollandais, le gouvernement belge, le gouvernement luxembourgeois, quoique chassés de leur territoire, ont compris ainsi leur devoir.


Je dis le bon sens, car il est absurde de considérer la lutte comme perdue.


Oui, nous avons subi une grande défaite.

 

 

 

 

 

 

 


Un système militaire mauvais, les fautes commises dans la conduite des opérations, l'esprit d'abandon du gouvernement pendant ces derniers combats nous ont fait perdre la bataille de France.


Mais il nous reste un vaste empire, une flotte intacte, beaucoup d'or.

 

Il nous reste des alliés dont les ressources sont immenses, et qui dominent les mers.


Il nous reste les gigantesques possibilités de l'industrie américaine.


Les mêmes conditions de la guerre qui nous ont fait battre par cinq mille avions et six mille chars peuvent nous donner, demain, la victoire par vingt mille chars et vingt mille avions.


Je dis l'intérêt supérieur de la patrie car cette guerre n'est pas une guerre franco-allemande, qu'une bataille puisse décider.


Cette guerre est une guerre mondiale.


Nul ne peut prévoir si les peuples qui sont neutres, aujourd'hui, le resteront demain.


Même les alliés de l'Allemagne resteront-ils toujours ses alliés ?


Si les forces de la liberté triomphent finalement de celles de la servitude, quel serait le destin d'une France qui se serait soumise à l'ennemi ?


L'honneur, le bon sens, l'intérêt supérieur de la patrie commandent à tous les Français libres de continuer le combat là où ils seront et comme ils pourront.


Il est, par conséquent, nécessaire de grouper partout où cela se peut une force française aussi grande que possible.


Tout ce qui peut être réuni en fait d'éléments militaires français et de capacité française de production d'armement doit être organisé partout où il y en a.

 

 

 

 


Moi, général De Gaulle, j'entreprends ici, en Angleterre, cette tâche nationale.


J'invite tous les militaires français des armées de terre, de mer et de l'air, j'invite les ingénieurs et les ouvriers français spécialistes de l'armement qui se trouvent en territoire britannique ou qui pourraient y parvenir, à se réunir à moi. J'invite les chefs, les soldats, les marins, les aviateurs des forces françaises de terre, de mer, de l'air, où qu'ils se trouvent actuellement, à se mettre en rapport avec moi. J'invite tous les Français qui veulent rester libres à m'écouter et à me suivre.


Vive la France libre dans l'honneur et dans l'indépendance !

 

 

 

 

 

 

 

  • Agenda

 

92 RI Régiment d'Auvergne

 

 130PX-~1

 

 

http://caf92ri.over-blog.com/articles-blog.html

 

 

Voici quelques dates supplémentaires dont vous pourrez tenir compte en fonction de vos disponibilités :

- 9 juin à 16 h 30, prise d'armes au quartier Desaix : remise des képis.

- 18 juin (matin), prise d'armes au quartier Desaix : cérémonie de dissolution
du GTIA Auvergne (unités rentrant du Liban).
- mise en place terminée pour 10 h et dissolution à 10 h 50 -
(pour mémoire : 18 aprés-midi et 19 juin : portes ouvertes du 92ème RI)

- 30 juin à 11 h, prise d'armes au quartier Desaix : passation de commandement de la 2ème compagnie.

- 6 juillet, prise d'armes au quartier Desaix (heure non fixée) :passation de commandement de la 3ème compagnie.

- 7 juillet, prise d'armes à Chamalières (heure et lieu non fixés) :remise de fourragères.

- 8 juillet à 11 h, prise d'armes au chateau de Cordés (à coté d'Orcival) :
passation de commandement de la 4ème compagnie.

 

Mercredi 15 juin 2011 3 15 /06 /Juin /2011 14:58

195735_189004504485833_7379522_n.jpg

 

Portes ouvertes du Régiment d'Auvergne le 18 et 19 Juin 2011.

11h00 à 20h00 le samedi et 11h00 à 19h00 le dimanche.

  • 36 F Flotille de l'Aéronaval

Nos Camarades de la 36F sont pour un certain nombre sur les opérations de Lybie...............

Nous pensons à eux et leurs souhaitons un retour sans soucis dans notre Pays

 

imagesCAQI0DCE.jpg

  • Opération Hélico Lybie

 http://www.defense.gouv.fr/operations/autres-operations/operation-harmattan-libye/actualites/libye-engagement-des-helicopteres-francais-depuis-le-bpc-tonnerre

 

  • DOSSIER

La Cavalerie Blindée pour les … autres, ou quelques mots sur la Cavalerie Blindée   

  

  

 

 

 

 

 

 

LE CAVALIER


Pourquoi le cavalier est il monté sur un cheval ?
Parcequ'il y a toujours plus d'intelligence dans deux têtes que dans une seule.....

Le Cavalier est ..... la plus belle conquête du cheval

 

 

 

Au sein de la mêlée, il y a toujours eu une alternance en terme de prééminence d’emploi entre l'infanterie et la cavalerie, la combinaison des deux étant indispensable au succès.

 

Indéniablement, les opérations d'aujourd'hui sollicitent davantage les aptitudes de l'infanterie et se traduisent, de facto, par sa présence majoritaire sur les théâtres, à la fois en volumes de troupes mais également en commandements de GTIA. La diversité des moyens et des structures, bien que témoignant d'une capacité d'adaptation "historique" des unités de cavalerie blindée, ou plus exactement de la sous-fonction opérationnelle "combat embarqué", n'a pas favorisé leur emploi par le chef en opération.

 

De surcroit, le maintien en condition opérationnelle des véhicules blindés, particulièrement ceux de la CB, est apparu rapidement comme une contrainte lourde dans un contexte de projection, s’inscrivant même comme un critère de génération de forces et devenant finalement un argument de sous-emploi.

 

Très naturellement, dans le rééquilibrage capacitaire en cours, le poids global et la part relative de la CB se sont amoindris

 

 

 

 

 

 

Pourtant, il ne faudrait pas que ce contexte dont une certaine méconnaissance des capacités

réelles des unités de CB accroit les effets, conduise à négliger lentement mais sûrement son apport à l’action interarmes et, par là, à pénaliser l’engagement opérationnel.

 

Dans la même logique, il est impératif de n’abandonner aucune des capacités de la CB sous

peine d’obérer une remontée en puissance par une perte irréversible des savoir-faire ou par des délais hors contrat opérationnel.

 

Partout où les unités de CB ont été engagées, elles ont pleinement contribué au succès, y compris récemment sur des terrains a priori peu propices à l'emploi des blindés et dans des configurations ne permettant pas nécessairement d'en exploiter toutes les capacités.

 

Le poids du MCO, quant à lui, constitue une donnée à la fois relative et partiellement subjective.

 

Une approche en termes de coût global personnel-matériel, croisée avec l’effet sur le terrain, serait sans doute mieux adaptée, d’autant que la problématique va rapidement concerner la plupart des fonctions opérationnelles avec l’arrivée de nouveaux équipements comme le VBCI.

 

Cette logique d’efficience est prégnante dans l'expression du besoin pour le futur EBRC : un engin aisément projetable et donc utilisable, avec un coût de possession réduit.

 

Enfin, un trop grand déséquilibre entre les deux composantes de la fonction opérationnelle

contact risque sur les théâtres d’engendrer une usure prématurée des forces engagées, de limiter leurs capacités de manœuvre et d’augmenter leur exposition. En organisation, il constitue un risque pour la préparation de l'avenir.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La cavalerie blindée est bien l’outil de tous les probables

 

 

 

Le potentiel d’adaptation de la CB repose sur un principe inscrit aujourd’hui dans les esprits :

l’unicité du métier de cavalier blindé.

 

Ce métier s'exprime au travers d'aptitudes spécifiques à la recherche du renseignement, aux changements de postures immédiats, aux manœuvres de grande amplitude, au combat de rencontre et au contrôle de vastes espaces.

Il est exercé par des équipages peu nombreux mais plutôt bien équipés, servant une gamme de moyens alliant mobilité, protection, puissance de feu, capacités d'observation et de commandement, dans des proportions variables adaptées aux différentes circonstances.

1

Il se forge dans une préparation opérationnelle combinant utilisation de moyens réels, simulation et substitution, conduite avec l’obsession de la maîtrise des coûts et de l'optimisation de sa ressource humaine.

Cette unicité du métier s'appuie désormais sur une meilleure unicité de structures, entamée avec le peloton de cavalerie blindée, et poursuivie par la structure quaternaire d’escadron2 et l’organisation des régiments en deux types seulement.

 

Ainsi, les options prises pour la pérennisation du 3e RH faciliteront la génération de force, la

polyvalence, la préparation opérationnelle et l’emploi, en même temps que la transition vers

l’EBRC. La décision récente de mettre en place progressivement une filière unique s’inscrit dans cette logique en amenant le personnel à la polyvalence d’emploi.

 

Ce métier et ces structures uniques constituent les fondements de la CB aujourd’hui. Ils favorisent le passage des unités d'un matériel à un autre et l’adaptation de leurs structures en fonction des conditions de l'engagement. Ils permettent, en optimisant la ressource humaine de la CB, de conforter son aptitude à la réversibilité.

 

 

Enfin, si l'unicité du métier de cavalier blindé est la clé de voute du domaine de spécialités, les cavaliers sont capables, à l'instar des autres fonctions, de combattre débarqués sur des structures PROTERRE, en remplissant des missions communes dévolues aux unités de l'armée de terre.

 

Sur ces bases, la CB constitue pour le chef au combat l’arme fondamentale qui permet :

- d’acquérir le renseignement tactique, notamment sur les intentions de l’adversaire, en précisant en temps utile et par le contact, le renseignement provenant d'autres sources ;

- de marquer l'effort avec un effet de choc certain, éventuellement après un mouvement de

grande amplitude, en délivrant un feu puissant, varié et précis ;

de contrôler le milieu, notamment les vastes zones ouvertes ou périurbaines, avec des effectifs

limités, grâce à sa mobilité et à sa capacité d’alterner travail en décentralisé et concentration rapide ;d’influencer les perceptions de l’adversaire comme celles des populations, par sa visibilité stratégique, par sa capacité de dissuasion, par son aptitude à la réversibilité offerte par les changements de posture dans le service de ses matériels et la diversité de ces mêmes matériels.

 

Autrement dit, une fonction opérationnelle qui s’inscrit totalement dans les principes bien connus de liberté d’action, d'économie des forces et de concentration des efforts, et répond aux nécessités du durcissement actuel des opérations en espace lacunaire.

 

En guise de conclusion : la cavalerie blindée demeure au coeur de la mêlée

 

 

Engager davantage les unités de cavalerie blindée, c’est offrir au chef de la formation interarmes le recul qui accroit sa marge d’initiative, c’est lui permettre de disposer d’une meilleure capacité d’acquisition du renseignement. C’est donner à la force plus de mobilité et de protection avec des effectifs réduits. C’est la muscler au contact par des feux directs immédiatement disponibles, précis et puissants, en particulier entre 1500 et 4000 mètres. C’est permettre à l’infanterie de se concentrer sur les actions qui lui sont spécifiques, en sécurisant et en optimisant son engagement.

Plus de réactivité, plus de protection et plus de puissance de feu : c’est ce qu’imposent les

opérations d’aujourd’hui et c’est ce qu’apportent les unités de cavalerie blindée

 

 

Liens Utiles

 

 

 

 

 

 

Pour en savoir plus sur l'Histoire,l'economie,la situation intérieure et politique actuelle de l'Afghanisan,l'engagement de la communauté internationale,le role des nations unies,l'action de la France

Pour connaitre les Forces Françaises dans le monde et en Afghanistan en particulier.

Pour plus d'informations sur les actions menées par les nations unies en Afghanistan

 

  • Libres Propos

 

« Le Soldat n’est pas un homme de violence. Il porte les armes et risque sa vie pour des fautes qui ne sont pas les siennes. Son mérite est d’aller sans faillir au bout de sa parole tout en sachant qu’il est voué à l’oubli »

(Antoine de SAINT EXUPERY)

 

 

Je vous propose de réfléchir sur le concept du lien Armée-Nation en lisant cet
entretien à trois voix entre deux anciens directeurs de l’Institut des hautes études
de défense nationale, le Général Xavier de ZUCHOWICZ et l’Amiral François DUPONT et
Philippe LEYMARIE.
Vous le constaterez, des propos assumés et parfois décapants…

 
http://blog.mondediplo.net/2011-06-03-La-nation-et-son-armee-2

 

Rappel des Ojectifs de la Newsletter du correspondant Défense.

  • Mes Chers Camarades

Toutes les Infos,RV,dates que vous aurez l'Amabilité de m'adresser seront retranscrites dans mes Newsletters.

Pour cela mon Mail c.barbin@barbin.fr

 

Chers Collèges

Chers Camarade d'Active et de Reserve


Afin de partager avec vous les informations en provenance de la Défense et pour diffuser au mieux le lien Armée Nation.

je vous propose de vous envoyer régulièrement une Newsletter Correspondant Défense.Celle-ci reprendra les activités de nos unités parrainées


4 Cie du 92RI

• 36 F


Je ferai également le lien avec les informations en provenance du CIRFA, organise de recrutement des 3 Armées et avec notre Base de Défense de Clermont Ferrand regroupant toute les unités implanté en Auvergne.

Notre Base de défense qui va s’enrichir fin 2011 et 2012 de l’arrivée la 3 eme Brigade Meca implanté en ce moment sur la ville de Limoges.

Je n’oublie pas dans les informations que je diffuserai les éléments provenant du monde combattant implanté sur Chamalieres.

Au plaisir de vous retrouver régulierement dans cette Newsletter .

Claude BARBIN

 

 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires